Enfants intelligents avec trouble d'apprentissage


Qu'il y en a du monde pour nous dire quoi faire pour nos enfants! Il y a les parents, les beaux parents, les belles-sœurs, le médecin, l'infirmière, etc. Parfois, les opinions diffèrent. C'est la même chose dans les livres. Si vous êtes un rat de bibliothèque comme moi, j'ai compris que lorsque les différents écrits commencent à se contredire, c'est qu'il faut changer de sujet, on a trop lu sur le même sujet.


Il arrive que l'on se fasse donner un conseil et qu'il ne réponde pas à notre intuition. Cela arrive souvent aux parents d'enfants avec une intelligence supérieure à la moyenne avec trouble d'apprentissage. Eh oui, cela existe. Ce sont des enfants qui réussissent généralement leurs apprentissages, mais au prix d'efforts considérables.


Il est très fréquent que ces enfants ne soient nullement détectés. Ils réussissent donc il n'y a pas de problème. Mais pour le parent, il y a quelque chose qui ne clique pas. Bien sûr, celui-ci n'ose pas trop en parler, son enfant n'est certes pas heureux à l'école, mais il réussit, on se dit alors qu'il est donc simplement plus attiré vers le jeu et l'oisiveté. 


Un principe de base à retenir : un enfant qui est prêt ou a les outils nécessaires pour faire ses apprentissages, le fait avec plaisir. Un enfant qui n'aime pas l'école, qui travaille trop fort pour réussir, il y a quelque chose qui ne va pas. Il est important alors de chercher et de le découvrir. Peut-être découvrirez-vous simplement qu'il ne voit pas au tableau et qu'il a besoin de lunette.

Pour mieux comprendre, j'ai deux histoires pour vous, toujours tiré de mon vécu en clinique ou dans mon entourage.


Histoire numéro 1:

Un jeune garçon qui présentait beaucoup de difficulté en français, particulièrement en orthographe. C'était un lecteur très rapide, il ne semblait y avoir aucun problème de ce côté. Les mathématiques allaient bien. Au fil des années, cet enfant refusait net de faire ses devoirs. Ce n'est pas que maman n'avait pas essayé de plusieurs manières, mais rien à faire elle n'arrivait pas à lui faire faire ses devoirs. Elle a demandé de l'aide à l'école pour les devoirs, mais comme il était en situation de réussite, il ne pouvait être prioritaire pour l'aide aux devoirs. La maman était découragée. Elle savait dans son for intérieur qu'il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond, mais quoi? Chaque année, elle en parlait au médecin qui penchait du côté du déficit de l'attention, mais les échelles n'étaient pas concluantes. L'enfant s'opposait de plus en plus à l'école. Si bien qu'en 5e année, il a essayé la médication, sans aucun succès. La maman répétait aux professionnels et éducateurs qui l'entouraient « Je ne comprends pas! Ce n'est pas normal d'avoir 55 % en français et 80 % en mathématiques, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas ». Un jour, le pédiatre lui dit « Va le faire évaluer en orthophonie! On verra bien! » C'est ce que la maman fit. Le résultat de l'évaluation la foudroya : trois ans de retard en langage écrit, dyslexie sévère. « Pardon » dit la maman, mais je ne comprends pas, il lit très bien.

« Les dyslexiques peuvent lire en décodant le texte un peu comme le ferait un francophone non bilingue avec un texte anglais. Il connaît suffisamment de mots pour décoder le texte, mais si l'on décortique, il n'a pas nécessairement compris tous les mots. »

« De plus, il est claire madame que votre fils à une intelligence supérieure à la moyenne, c'est pour cela qu'il réussit. S'il ne veut pas faire ses devoirs, c'est soit parce qu'il est trop fatigué, soit qu'il ne veut pas vous montrer ses faiblesses. Son opposition en classe vient du fait qu'il tente, bien maladroitement, de faire passer sous le radar ses difficultés. »



Histoire numéro 2:

Un autre enfant que j'ai rencontré avait lui reçu le diagnostic de déficit de l'attention. Il était aussi très opposant, autant à l'école qu'à la maison. La maman sentait dans son for intérieur que le diagnostic n'était pas complet, elle voulait aller plus loin dans ses démarches. Elle a décidé de consulter en ergothérapie. L'évaluation a démontré quelques petits points, mais ceux-ci étaient plus ou moins mineurs. Par contre, le langage qui n'a pas été évalué spécifiquement (je laisse cette sphère aux professionnels du domaine; les orthophonistes) me semblait problématique. Une référence en orthophonie a effectivement permis d'établir une dyslexie modérée ainsi qu'une problématique au niveau de la mémoire de travail. L'enfant se fatiguait vite à essayer de suivre et de comprendre en classe. Sa réaction lorsqu'il devenait trop fatigué était de devenir opposant. C'est ce qui expliquait aussi, partiellement ses difficultés attentionnelles. Il prenait tellement d'énergie à comprendre, qu'il en perdait l'attention.


Parents, faites-vous confiance, vous connaissez votre enfant comme personne. S'il présente des difficultés, cherchez ce qu'il a, il se peut que cela engendre des dépenses, mais vous y gagnerez en énergie, en estime de soi et en inquiétudes épargnées. Pour ceux et celles dont les moyens financiers sont limités, il existe des programmes d'aide, contactez-nous, nous pourrons vous informer.


Montréal: 514-667-0180
McMasterville: 450-467-3513
Vaudreuil: 450-455-3244


Nous avons maintenant un service d'orthophonie à notre clinique de McMasterville.


Commentaires

Messages les plus consultés