Conte de Noël: La lettre enluminée de Théo

Un conte de Noël par JH ROCH

Daniel, vingt-quatre ans, est dessinateur. 
C’est aussi un des premiers clients de Groupe Ergo Ressources, car à l’âge cinq ans il avait du mal à tenir un crayon.
Daniel a maintenant un fils de sept ans qui a le même problème. Lorsqu’il observe la main droite crispée de Théo aux sourcils froncés par l’effort, la mine du crayon broyée sur le papier qui se froisse sous sa main gauche, il a les larmes aux yeux. Il retrouve chez son fils le dos tendu, le torse écrasé sur le pupitre que lui-même présentait à cet âge. Pourtant, les beaux dessins que Théo a réalisés avec un tel labeur sont fièrement affichés sur le babillard de son studio.
Le père se demande si son enfant a hérité des mêmes dispositions que lui : une inspiration irrépressible pour traduire sa vision des choses sur le papier. Peut-être, qu’au contraire Théo manifestera la passion des nombres que Sévérine, son épouse, transmet à ses étudiants en classe de mathématiques.
Mais qu’il s’agisse de tracer des nombres, des lettres ou des dessins, le brave Théo, même en y mettant tout son temps et toute sa bonne volonté, n’obtient pas les résultats qu’on attend de lui à l’école.

***
Et voici que, depuis début décembre, Théo tient à écrire une lettre au père Noël. Il en parle tous les jours. Malgré le fait que l’objet de ses vœux ait changé plusieurs fois, l’enfant s’exerce à rédiger sa prose avec l’aide de ses parents. « Cher père Noël, je t’aime beaucoup. Je te l’ai demandé au centre d’achat, mais, juste pour que tu t’en souviennes, je veux…. »
Non content d’écrire une lettre ordinaire, Théo insiste pour l’enluminer de guirlandes colorées.
Pensif, Daniel est debout à la fenêtre de son studio. De lourds flocons tombent sur la ville et ressuscitent des souvenirs enfouis depuis longtemps dans la mémoire de sa petite enfance : la fierté de pouvoir écrire son nom, l’anxiété de constater que ses parents n’arrivaient pas à le lire, les moqueries de ses premières journées d’école et puis… le soulagement. Un lieu nouveau pour jouer, un endroit où il n’était pas jugé, mais aidé, une ergothérapeute qui le faisait rire aux éclats avec les exercices amusants que Daniel répétait à la maison aussi souvent que ses parents le lui demandaient et même plus!
Daniel sait quoi faire pour aider Théo. Il n’a que trop tardé.

***
Par un venteux matin d’hiver, Théo et Daniel, main dans la main, ouvrent la porte de la clinique du Groupe Ergo Ressources. Les tourbillons de neige, là dehors, semblent s’insinuer dans les réminiscences de Daniel qui s’efforce au calme en inscrivant Théo auprès de la réceptionniste.
Une heure plus tard, les bottes enfilées et les écharpes nouées, lorsque Daniel prononce les mots : « À la semaine prochaine », aussitôt imité par un Théo souriant et détendu, il se sent bien. L’ergothérapeute a suggéré des stratégies à réaliser à la maison et a proposé un plan de huit rencontres en clinique.
Dès le lendemain, Daniel n’eut aucun mal à motiver son fils pour reprendre les exercices : il devenait urgent d’acheminer cette lettre au père Noël!
Finalement, la lettre fut écrite, enluminée et postée juste à temps pour que le père Noël puisse en prendre connaissance.
Et, Le Grand Soir, à côté du verre de lait à demi bu et du seul biscuit restant, une boîte rouge et or contenait le vœu le plus cher de Théo : le grand ensemble des soixante-dix crayons Deluxe, avec les couleurs fluo et métalliques assorties!

Joyeux Noël et Bonne Année à nos clients, petits et grands, des vingt dernières années!

***

Commentaires

Articles les plus consultés