Difficultés sensorielles ou couleur sensorielle?



J’ai déjà fait deux billets concernant l’intégration sensorielle. Je sais que quelques personnes l’ont lue en se disant : « oh je suis comme cela moi »  ou encore « mon enfant est comme cela, est-ce que je devrais consulter en ergothérapie? ».

Comme je l’ai déjà dit dans mon billet : Il prend mal son crayon, que faut-il faire? Il n’est pas nécessaire d’intervenir chez un enfant qui ne présente pas de difficulté. Un enfant qui est « fonctionnel » est un enfant qui peut se faire des amis, faire ses apprentissages, ses activités quotidiennes (s’habiller, se laver, etc.) en fonction de son niveau d’âge et adopter un comportement approprié à chaque situation (courir à la récréation et être attentif en classe). Si votre enfant fonctionne bien dans son quotidien et qu’il est heureux, il n’a pas de difficulté, il a une couleur sensorielle. Il en est de même pour vous. 

En fait, je suis convaincue que tout le monde a une « couleur » sensorielle. Nous sommes tous un peu hyper ou hyposensible et cela  fait une variété de gens avec une variété de caractéristiques personnelles. 

Voici des exemples : 





  • Une éducatrice de garderie qui reconnaît à qui appartiennent les vêtements des enfants par leur odeur particulière, elle a une « couleur » d’hypersensibilité olfactive;
  • Une personne qui apprécie jouer dans la terre, elle a une hyposensibilité tactile;
  • Une personne qui n’aime pas les contacts avec les autres. Pas d’une façon pathologique, mais elle trouve qu’embrasser sur chaque joue un étranger simplement parce que c’est l’ami d’un ami, c’est trop entrer dans sa bulle, elle n’en parle pas, mais elle n’aime pas cela. C’est une couleur d’hypersensibilité tactile
  • La personne qui ne peut écouter la télévision sans tomber endormie, c’est souvent une couleur d’hyposensibilité au mouvement. Si elle ne bouge pas, son corps s’endort.
  • Une personne a de la difficulté face à quelqu’un qui parle aiguë. C’est une couleur d’hypersensibilité auditive.

Selon notre couleur sensorielle, nous adopterons certains comportements et aurons des intérêts spécifiques. Ainsi l’hyposensible tactile appréciera le jardinage et l’hyposensible au mouvement appréciera un métier qui lui permet les sensations fortes ou de bouger (métier de la construction en hauteur est un bel exemple). L’hypersensible au bruit appréciera un environnement calme, il aura donc tendance à éteindre la télévision lorsqu’elle n’est pas utilisée. L’hyposensible au bruit l’utilisera souvent comme bruit de fond. 

L’hyper et l’hyposensibilité est, à mon avis, une couleur qui teinte notre personnalité, nos goûts et nos choix. C’est lorsque cette hyper ou hyposensibilité est trop grande, qu’elle devient problématique et entraîne des dysfonctions dans le quotidien tel que décrit dans mes précédents billets. 

Cet automne, j’animerai une formation s’intitulant « Difficultés de comportement 2 : les routines sensorielles ». Dans cette formation, les participants pourront découvrir leur propre couleur sensorielle et l’impact de celle-ci dans le quotidien. Ils pourront aussi, par des histoires de cas, découvrir comment aider les enfants à mieux gérer leur couleur sensorielle. Au plaisir de vous y rencontrer!
Note : vous devez avoir suivi la formation « Difficulté de comportement et déficit de l’attention » pour assister à cette formation.

Commentaires

Articles les plus consultés